Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander

Promotions

Toutes les promotions

Lettre d'informations

Echinacée EFGM BIO

Indications**

  • Prophylaxie et thérapie des infections grippales et infections septiques, diminue les symptômes du rhume 
  • Stimulation immunitaire, immuno-stimulante : agit aussi bien en prévention (infections bactériennes, grippe, herpès, cystites, candidoses, etc…) qu’en curatif où elle potentialise les autres thérapeutiques
  • Traitement local des retards de cicatrisation et des dermatites
  • De préférence jus frais de plante du fait de la présence de polysaccharides insolubles dans l’alcool

Plus de détails...

5,69 €

Disponibilité : En stock

6 pièces disponibles

Nom de la plante

Echinacée, Echinacea
  • Trois espèces sont considérées comme médicinales par la Pharmacopée Française :
  1. Échinacée à feuilles étroites
  2. Échinacée pourpre, rudbeckia pourpre
  3. Échinacée pâle

Dénomination latine internationale

  1. Echinacea angustifolia DC
  2. Echinacea purpurea (L.) Moench. (= Rudbeckia purpurea L.)
  3. Echinacea pallida Nutt.

Famille botanique

Asteraceae

Description et habitat

  • Plante d’Amérique du Nord, prairies et collines sèches, bancs de sable asséchés
  • La racine est fusiforme, les feuilles entières et lancéolées. Les capitules terminaux de grande taille sont constitués des fleurs tubuleuses jaunes ou pourprées réunies en boule, et de fleurs ligulées tombantes, généralement roses la faisant ressembler à une marguerite (c’est une Composée = Asteraceae)

Histoire et tradition

  • Les Indiens d'Amérique (Sud Dakota) employaient cette plante pour guérir les plaies infectées, et en applications locales dans les morsures de serpent. Pour l'utiliser, ils broyaient la plante fraîche et l'appliquaient localement ou en mâchonnaient la racine
    • Plante alexitère : préconisée contre les morsures de serpent
  • Le nom vient du grec echinos hérisson pour rappeler l’aspect du capitule à la fructification
  • Elle a été la plante la plus employée aux Etats-Unis au XIX° siècle
  • Rudbeckia subtomentosa, proche botaniquement, contient comme Inula helenium des eudesmanolides (alloalantolactone et 3-oxo-alloalantolactone) actifs sur Mycobacterium tuberculosis

Parties utilisées

  • Racine (ou plante entière avec la racine)
Formes galéniques disponibles
  • Privilégier la plante fraîche et les formes galéniques qui préservent la présence de polysaccharides insolubles dans l’alcool

Indications**

  • Prophylaxie et thérapie des infections grippales et infections septiques, diminue les symptômes du rhume , la revue de littérature Cochrane datant de 2014 montre un effet faible dans le traitement du rhume, mais une efficacité constante sur la prévention des récidives
  • Stimulation immunitaire, immuno-stimulante : agit aussi bien en prévention (infections bactériennes, grippe, herpès, cystites, candidoses, etc…) qu’en curatif où elle potentialise les autres thérapeutiques
  • Traitement local des retards de cicatrisation et des dermatites
  • De préférence jus frais de plante du fait de la présence de polysaccharides insolubles dans l’alcool

Propriétés**

  • La juxtaposition de trois grands groupes de substances : alkylamides, polysaccharides, dérivés de l’acide caféique semble importante pour l’efficacité
  • La plante agit sur plusieurs facteurs de l'immunité :
    • Empêche les germes microbiens d'agresser le tissu conjonctif et limite leur progression
    • Stimule l'activité des macrophages
    • Augmente le nombre des globules blancs et en particulier des lymphocytes
    • l’échinacéine serait surrénalo-mimétique, comme l'extrait de Ginseng, et elle augmente la résistance à l’effort
  • Effet antibactérien direct sur Streptococcus pyogenes, Hemophilus influenzae, Legionella pneumophila, Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline, Mycobacterium smegmatis, et diminution des réponses inflammatoires induites
  • Antiviral
    • Antigrippal
  • Anti-inflammatoire
  • Action cicatrisante, participe à la restauration du tissu conjonctif en s’opposant à l’hydrolyse de l’acide hyaluronique, molécule fondamentale du tissu conjonctif

Composants principaux de la plante

  • Alkylamides ou alcamides (composés aliphatiques insaturés : 2 %, une quinzaine de composés ont été identifiés) dans la fraction lipophile, dont l’ échinacéine ; ce sont des polyines ou isobutylamides d’acides polyényniques et polyèniques (= polyacétylènes)
  • Composés phénoliques dérivés de l’acide caféique comme l’ échinacoside (0,3 - 1,3 %), la cynarine ou l'acide cichorique, spécifiques de l'une ou l'autre espèce
    • Acide cichorique et acide caftarique : Echinacea purpurea
    • Échinacoside : partie haute des racines d' Echinacea angustifolia et Echinacea pallida)
      • Leurs compositions peuvent changer en fonction de la période de floraison
  • Polysaccharides complexes de M > 10000 D, dont arabinogalactane, arabinorhamnogalactane, fucogalactoxyloglucane, glucuronoarabinoxylane
  • Alcaloïdes indolizidiniques
  • Acides gras à longues chaines, alcanes
  • Huile essentielle à humulène (= alpha-caryophyllène) et échinolone

Mode d'action connu ou présumé

  • L'échinacéine serait surrénalo-mimétique
  • L’activité immuno-stimulante est le fait en particulier des polysaccharides mais la fraction lipophile (alkylamides) est également active en particulier sur les macrophages
  • Les alkylamides inhibent la production de prostaglandine E2 (PGE(2) par les macrophages , ils participent à l'effet immunostimulant et sont anti-inflammatoires
  • Les extraits alcooliques de la racine accroissent la phagocytose des granulocytes
  • Les dérivés polyacétyléniques sont des caractères chimiotaxonomiques de la famille des Asteraceae

Réglementation

  • Pharmacopée Française liste A :
    • Partie souterraine d'échinacée à feuilles étroites Echinacea angustifolia)
    • Partie aérienne fleurie et partie souterraine d'échinacée pourpre Echinacea purpurea
    • Partie souterraine d'échinacée pâle Echinacea pallida)
  • Activité reconnue par la Commission E allemande (Echinacea purpurea)

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • Contre-indications : maladies auto-immunes, et maladies évolutives comme la tuberculose, leucose, collagénoses, SEP, SIDA
  • Allergies aux Asteraceae, prudence chez les atopiques
  • Eviter les associations suivantes :
    • Stéroïdes (propriétés immunomodulatrices additives)
    • Immunosuppresseurs (altération théorique de l’effet immunosuppresseur)
    • Interaction possible avec les enzymes CYP450 (inhibition de l’isoenzyme, augmentation de l’effet des médicaments, mais pas de preuves cliniques in vivo)
  • Pas d’interaction notée avec le cytochrome P450 CYP2D6
  • Dans le SIDA, aucun problème n’a été noté après coadministration d’ Echinacea purpurea avec darunavir-ritonavir
  • Aucun problème n’a été noté dans l'association d’ Echinacea purpurea avec le docetaxel
  • Un cas d'érythème noueux récurrent a été rapporté chez un patient ayant consommé conjointement loratadine et échinacé

**Ces propriétés, indications  tirés des ouvrages ou sites Internet de référence en Phytothérapie.On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmées par des observations en milieu scientifique. Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication
-  
-  "L'aromathérapie exactement" par Pierre Franchomme Broché
- "Traité de phytothérapie clinique" de Christian Duraffourd, Jean-Claude Lapraz
- " Traité pratique de phytothérapie " de Jean-Michel Morel
- " phytembryothérapie - L'embryon de la gemmothérapie " de Dr. Frank Ledoux & Gérard Guéniot
- " La Gemmothérapie : Médecine des bourgeons " de Philippe Andrianne
- " La Spagythérapie " de Ceron Toni 
- " Les huiles de fleurs solarisées " docteur Claudine LUU

30 autres produits dans la même catégorie :