Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander

Lettre d'informations

Réglisse EFGM BIO

Indications **
  • Gastrites, ulcère gastrique et duodénal à Helicobacter pylori
  • Angines, bronchites chroniques, asthme
  • Hémorroïdes, prurit anal et vulvaire
  • Eczéma, démangeaisons, ulcérations cutanées, piqûres d’insectes, érythème solaire, dermite séborrhéique, érythème fessier du nourrisson
  • Lichen plan
  • Insuffisance surénalienne
  • Hirsutisme féminin, hyperandrogénisme , provoquerait l’ovulation chez la femme hyperandrogénique
  • Indications des corticoïdes, sur un temps court, relais des corticoïdes

Plus de détails...

4,27 €

Disponibilité : Précommande

Nom de la plante

Réglisse, Bois sucré, racine sucrée, Bois doux, liquorice (anglais), Gan Cao (chinois)

Dénomination latine internationale

Glycyrrhiza glabra L.
  • (Glycyrrhiza inflata Bat., Glycyrrhiza uralensis Risch.)

Famille botanique

Fabaceae sous-famille Faboideae (ex-Papilionaceae, ex-Leguminosae)

Description et habitat

  • Plante herbacée vivace pouvant atteindre et dépasser 1 m de haut, originaire d’Europe méridionale (var. typica) centrale et orientale (var. glandulifera) ou d'Asie mineure (var. violacea)
  • Parties souterraines très développées, rhizome stolonifère
  • Feuilles composées imparipennées
  • Petites fleurs papilionacées lilas ou bleu violacé, réunies en grappes allongées
  • Le fruit est une gousse aplatie et bosselée par les graines

Histoire et tradition

  • Ses propriétés médicinales sont connues depuis l’Antiquité
  • Théophraste la recommandait dans les ulcères au III° siècle av. J-C et mentionnait son effet de diminution de la sensation de soif
  • Les Grecs et les Romains l’employaient dans l’asthme et les ulcères
  • En Chine, elle figure parmi les dix plantes les plus importantes
  • Les Arabes l’utilisaient contre les règles douloureuses
  • Au Japon, elle est employée pour provoquer l’ovulation chez la femme hyperandrogénique
  • Les Scythes et les armées d'Alexandre le Grand l’utilisaient pour contrer la soif dans la traversée des déserts du fait de son effet minéralo-corticoïde (hyperaldostéronisme)

Parties utilisées

  • Racine et rhizome

Indications de la plante entière **

  • Gastrites, ulcère gastrique et duodénal à Helicobacter pylori
  • Angines, bronchites chroniques, asthme
  • Hémorroïdes, prurit anal et vulvaire
  • Eczéma, démangeaisons, ulcérations cutanées, piqûres d’insectes, érythème solaire, dermite séborrhéique, érythème fessier du nourrisson
  • Lichen plan
  • Insuffisance surénalienne
  • Hirsutisme féminin, hyperandrogénisme , provoquerait l’ovulation chez la femme hyperandrogénique
  • Indications des corticoïdes, sur un temps court, relais des corticoïdes

Propriétés de la plante **

  • Augmente la sécrétion du mucus gastrique et diminue celle des pepsinogènes, anti-ulcéreux gastrique , rôle préventif et curatif vis-à-vis des ulcères gastriques, inhibe l'adhésion d'Helicobacter pylori à la paroi gastrique
  • antispasmodiques
  • Expectorant, mucolytique, facilite l’expectoration, antitussif
  • anti-bactérienne, antivirale , anti-hépatotoxique, immuno-stimulante, cicatrisante
  • Immunostimulant
  • Effets minéralo-corticoïde , stimulation de la rénine par le rein
  • Adaptogène
  • Stimulation de la mémoire
  • Neuroprotecteur
  • Antidépresseur
  • Protège de l'oxydation des LDL , anti-athérogène, anti-oxydant
  • Anti-histaminique
  • Anti-inflammatoire
  • Effet œstrogénique
  • stimulerait la conversion naturelle de la testostérone en œstrogène
  • catalyserait la conversion d'androstènedione en testostérone
  • Hépatoprotecteur
  • Néphroprotecteur
  • Cicatrisant
  • Antibactérien , activité antibactérienne vis-à-vis de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (MRSA), antifongique
    • Spécialité de l’acide glycyrrhétique = enoxolone (DCI) anti-inflammatoire local => prurit anal, vulvaire, érythème solaire, dermite séborrhéique
    • Le pouvoir sucrant de la glycyrrhizine est 50 fois plus important que le sucre de canne
  • Activité antivirale vis-à-vis des virus à ADN (Herpes) et à ARN (virus HIV) , mais attention, activité in vitro
  • Inhibition in vitro de souches d’Helicobacter pylori avec CMI de 50 à 400 mg/ml

Composants principaux de la plante

  • Alcaloïdes
  • Saponosides triterpéniques de type béta-amyrine : glycyrrhizine majoritaire (dont l'aglycone est l'acide glycyrrhétique ou enoxolone = acide 18-β-glycyrrhétinique)
  • Flavonoïdes et isoflavonoïdes, flavanones, chalcones : liquiritoside et isoliquiritoside, liquiritigénine, naringénine, glabridine, glabrène, glabrol, 3-hydroxyglabrol, 4'-O-méthylglabridine, phaséollinisoflavane, hispaglabridine A et B, licochalcone, licoricidine
  • Béta-sistostérol, stigmastérol, stéroïdes à activité œstrogénique en faible quantité
  • Polysaccharides, amidons 25 - 30 % (coumarines ?)
  • Acide salicylique

Mode d'action connu ou présumé

  • Effets minéralo-corticoïdes par pseudo-hyperaldostéronisme, entraîne une diminution de l’aldostérone et de la rénine par interaction avec la 11-béta-OH-stéroïdedéshydrogénase (le monoglycuronide des acides glycyrrhétiniques l’abaisse)
  • L'enoxolone est anti-inflammatoire de type stéroïdien à usage local

Réglementation

  • Pharmacopée Française liste A (partie souterraine)

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • La glycyrrhizine provoque hypertension artérielle et œdèmes par rétention sodée (pseudo-hyperaldostéronisme), hypokaliémie, troubles de la contractilité musculaire, anomalies cardiaques, hyperaldostéronisme (rétention sodée, chlorurée, hydrique, excrétion potassique accrue, diminution de la diurèse)
    • L’intoxication par la glycyrrhizine entraîne un pseudo- hyperaldostéronisme primaire. La glycyrrhizine n’a pas d’activité minéralocorticocoïde directe (affinité pour les récepteurs minéralocorticoïdes, 10 mille fois plus faible que celle de l’aldostérone). Elle exerce sa toxicité par le biais d’une inhibition enzymatique portant sur la 11-ß-hydroxystéroïde déshydrogénase. Le cortisol qui ne peut alors être converti en cortisone au niveau rénal, se lie aux récepteurs minéralocorticoïdes reproduisant les symptômes de l’hyperaldostéronisme (élimination rénale de potassium et rétention hydro-sodée) alors qu'il existe une freination globale du système rénine-angiotensine-aldostérone plasmatique
    • Éviter l'association avec :
      • Digitaline (sensibilité augmentée)
      • Diurétiques (risque d'hypokaliémie)
      • Corticostéroïdes (effet additif)
      • Contraceptifs oraux (augmentation des effets de la glycyrrhizine)
  • La réglisse entre dans la composition de "Soshiho-tang", une préparation de plantes de médecine traditionnelle chinoise ou japonaise, de bonne tolérance (avec Bupleurum falcatum, Pinellia ternate, Scutellaria baicalensis, Zizyphus jujuba, Panax ginseng, Glycyrrhiza uralensis, Zingiber officinale.


**Ces propriétés, indications  tirés des ouvrages ou sites Internet de référence en Phytothérapie.On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmées par des observations en milieu scientifique. Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication
-  
-  "L'aromathérapie exactement" par Pierre Franchomme Broché
- "Traité de phytothérapie clinique" de Christian Duraffourd, Jean-Claude Lapraz
- " Traité pratique de phytothérapie " de Jean-Michel Morel
- " phytembryothérapie - L'embryon de la gemmothérapie " de Dr. Frank Ledoux & Gérard Guéniot
- " La Gemmothérapie : Médecine des bourgeons " de Philippe Andrianne
- " La Spagythérapie " de Ceron Toni 
- " Les huiles de fleurs solarisées " docteur Claudine LUU

30 autres produits dans la même catégorie :